Official Series Partners

News

Le débutant Ghosh toujours en tête de l'ERC3

2018-06-02T19:55:42+02:00 juin 2nd, 2018|2018, Acropolis Rally|

Amittrajit Ghosh est à quatre spéciales d’une impressionnante victoire pour ses débuts dans la catégorie ERC3 du Championnat d’Europe FIA des Rallyes, menant celle-ci sur le Rallye EKO de l’Acropole grâce à une approche sous contrôle.

Le nouveau venu indien a entamé la deuxième étape en troisième position, à 20”2 du leader Artur Muradian. Cette place est bientôt devenue la deuxième quand le local Chrysostomos Karellis a été contraint à l’abandon sur sa Citroën DS3 R3T.

Ghosh a ensuite pris la tête au moment où des goujons de roue cisaillés ont causé une sortie de route de Muradian après seulement un virage dans l’ES5. L’Indien a alors senti que les incidents ayant touché ses principaux adversaires validaient son approche prudente du jour.

C’était tout le plan pour ce rallye de ne pas prendre le moindre risque mais de piloter sur un rythme correct, alors nous avons été surpris de voir que nous n’étions qu’à deux secondes du plus rapide [dans l’ES3]”, a déclaré Ghosh.

Dans les sept ou huit premiers kilomètres [de l’ES4], nous avons adopté quasiment un rythme de reconnaissances, car je savais que si on va trop vite dans cette spéciale, on ne la finit pas. Quand j’ai vu notre concurrent [Chrysostomos Karellis] malheureusement arrêté, j’ai su que c’était le bon choix.”

Et de poursuivre : “Dans la spéciale d’après, au premier virage il [Muradian] était garé. J’ai immédiatement levé le pied car cela n’aurait aucun sens d’attaquer, et cette voiture ne le supporterait pas. Si on pilote à plus de 70%, je ne pense pas qu’une voiture puisse finir.”

Emma Falcón a pris la deuxième place de l’ERC3, soit une position de gagnée qui accroit son potentiel d’inscrire de gros points pour sa campagne en ERC Ladies’ Trophy. Son temps fort de la journée a été de gagner le premier passage dans Paleohori-Mendenitsa en battant Ghosh de 18”9, et ce malgré une crevaison.

Muradian repartira en troisième position pour la dernière étape, dimanche, à condition que sa voiture repasse avec succès les vérifications techniques, alors que Karellis le fera à la quatrième si la sienne est réparée à temps pour repartir le matin.